Actualités
  • ban-bourgogne-cooperation
mercredi, 17 décembre 2014 11:28

Les Assises de la Solidarité internationale du Conseil régional de Bourgogne : les agricultures familiales au sein des Objectifs du Développement et Durable

Les Assises de la Solidarité internationale du Conseil régional de Bourgogne : les agricultures familiales au sein des Objectifs du Développement et Durable Crédit photo : André HULNET (Association Graine d'espoir)

Samedi 13 décembre, le Conseil régional de bourgogne organisait et accueillait en salle des séances la 13ème édition des Assises de la solidarité internationale. Ce rendez-vous annuel de la solidarité internationale était marqué pour cette édition par le thème des agricultures familiales, consacré en 2014 par les Nations Unies.

 

En cohérence avec les OMD (Objectifs du Millénaire pour le développement) et  les futurs Objectifs du développement durable (ODD), le Conseil régional de bourgogne a mis en place une rencontre sur le thème de l'agriculture familiale. La précédente édition avait porté sur les questions de genre. Pour la 9ème année consécutive, la Région confirme ainsi sa volonté d'organiser chaque année un événement fédérateur de grande ampleur.

 

 

Les 16 intervenants - dont 7 intervenantes - de la journée ont abordé des problématiques variées de l'agriculture familiale : définition de concepts, sécurité alimentaire, renforcement des capacités paysannes, rôle des femmes ou encore approche intergénérationnelle. 

 

La conférence introductive de la journée s'est attachée à rappeler les acquis et écueils des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Cette première prise de parole était l'occasion pour les intervenants de rappeler l'importance d'une approche en termes de droits et non pas seulement d'accès. Les Objectifs du développement durable ont l'ambition d'intégrer les trois volets « croissance économique », « progrès social », et « préservation de l'environnement » en leur sein et au cœur des formes de coopérations. Les agricultures familiales répondraient, selon les intervenants, à cette logique.

Pour José Antonio OSABA (coordinateur pour la société civile de l'Année internationale de l'agriculture familiale), le fait d'avoir mis à l'honneur les agricultures familiales est un progrès et une victoire en soi. Il y a encore peu de temps, les agricultures familiales renvoyaient à une vision passéiste et dépassée de l'agriculture, face au modèle industrialisé des pays développés. Aujourd'hui parfaitement intégrées aux Objectifs, les agricultures familiales sont prises en compte dans les problématiques de développement durable. Ce succès sera confirmé en septembre 2015 à l'occasion de l'adoption par la communauté internationale des ODD.

 

La première table ronde a défini plus précisément les agricultures familiales avant de s'interroger sur un aspect plus particulier de cette cette thématique : la sécurité alimentaire. Les agricultures familiales sont multiples, a rappelé Sandrine Petit (INRA dijon), et les modalités d'exploitation dépendent des contraintes économiques, sociales, environnementales ou politiques auxquelles sont confrontés les exploitants agricoles. En France, on observe un certain effacement du caractère familial de l'agriculture à travers par exemple le développement de formes sociétaires, l'augmentation du salariat ou encore du nombre de collectifs agricoles. Pour l’ingénieur de l'INRA il serait alors plus pertinent de parler d'agriculture en famille plutôt que d'agricultures familiales.

Yves le Bars a quant à lui rappelé qu'agricultures familiales ne riment pas nécessairement avec respect environnemental. Ce dernier est possible grâce à des conseils et du soutien (afin d'améliorer les sols et de favoriser la biodiversité par exemple), ainsi que l'accès aux moyens adéquats. Le Président du CFSI (Comité Français pour la solidarité Internationale) a largement insisté sur la nécessité de formation des exploitants en agriculture familiale. Cette forme de production permettrait la « coopétition », un néologisme pour désigner un modèle qui mêle coopération et compétition, et qui constituerait un vecteur de changements structurels.

Au cours du débat suivant les exposés, Chantal Dhoukar (Présidente de la commission Sport, développement à l'international et lutte contre les discriminations – jeunesse, Région bourgogne) a rappelé l'actualité problématique et contradictoire avec cette volonté d'intégrer les agricultures familiales aux ODD. Les accords de libres-échanges entre l'Europe et l'Afrique de l'Ouest, acceptés sans débat, menacent l'agriculture familiale de cette région selon l'élue d'Europe Ecologie les Verts. Cette intervention a été l'occasion de rappeler l'importance d'une politique agricole cohérente et innovante en accord avec la volonté de mise en avant des agricultures familiales, afin de les intégrer au processus de réussite des ODD.

 

L'après-midi, la deuxième table ronde a été consacrée aux répercussions du développement des agricultures familiales, notamment en termes d'évolutions sociétales. Abordant tour à tour le rôle des femmes dans ces initiatives, le renforcement des capacités paysannes puis l'importance de la formation des jeunes, les intervenants ont présenté les avancées dont les agricultures familiales sont le vecteur. 

 

 

Ouafae SANANES (Conseillère en Genre et développement au MAEDI) a rappelé le rôle essentiel des politiques publiques dans la promotion de la femme, à travers trois questions majeures : l'accès au crédit, l'accès à la terre, et l'éducation aux filières économiques. Sabrina DAHACHE (Doctore en sociologie de l'Université de Toulouse) s'est ensuite inspirée de son travail de thèse pour présenter les mutations qui interviennent sur les questions de genre dans les milieux ruraux et agricoles français.

Michel PROST a quant à lui exprimé sa vision du renforcement des capacités paysannes. A travers un exposé captivant, le délégué régional bourgogne d'AVSF a affirmé l'importance de la formation et les innovations techniques dans le processus de développement économique des exploitations familiales. L'objectif de la formation en elle-même n'est pas de réduire le nombre de progrès chimiques au sein de la production mais bien de faire prendre conscience de l'existence de méthodes alternatives, de produits locaux naturels ou de solutions durables peu coûteuses. Le renouvellement des modes de production doit également aller de paire avec l'implication des jeunes et leur formation.

L'agriculteur et administrateur de l'AFDI Bourgogne-Franche-Comté, Thierry DESVAUX, a illustré l'intérêt d'un changement culturel au sein des pratiques paysannes. L'agriculteur a par ailleurs souligné une nouvelle fois l'importance d'une politique agricole adaptée à ces nouveaux modes d'exploitation.

 

Les Assises de la solidarité internationale concluent une année bourguignonne solidaire riche en événements, qui a particulièrement mis en avant l'agriculture familiale. Par cette journée, la Région affirme une nouvelle fois sa volonté, à l'image de la communauté internationale, de poursuivre son engagement dans la solidarité internationale. S'il est impossible de traiter toutes les problématiques relatives aux agricultures familiales dans le cadre des ODD post-2015 en une rencontre unique, la journée a relativement peu abordé la question de l'accaparement des terres, des processus de l'accès à la terre, et du droit foncier, enjeux centraux du thème consacré par les Nations unies en 2014.

vignette ecsi

Agenda

 ◄◄ 
 ◄ 
 ►► 
 ► 
juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Évènements à venir

Aucun évènement à venir pour cette catégorie