Actualités
  • ban-bourgogne-cooperation
jeudi, 24 avril 2014 13:55

Au fil de l'eau / Episode # 06 - Dans le village d'Iskatafen (Haut Atlas Marocain), à 1800 m d’altitude, l'association Arbalou mène un projet d'adduction en eau potable

Le sixième épisode de la web-série "Au fil de l'eau : les acteurs bourguignons se mobilisent à l'international" est consacré à l'association Arbalou, qui a mené un projet d'eau potable dans le village d'Iskatafen situé dans le Haut Atlas Marocain.

 

L'association Arbalou

L'association Arbalou a été créée en 1995. Elle a réalisé un premier projet d'adduction en eau potable du village en 2002. Il a consisté à capter une source d'eau vers un réservoir de 20 m3, et à organiser sa distribution par bornes-fontaines. Iskatafen fut ainsi le premier village dans la vallée des Aït Bouguemez ou un système d'eau potable a été mis en place.

 

L'objectif du projet

Depuis 2008, un nouveau projet a été initié afin de moderniser le dispositif et sécuriser la ressource en eau, permettant aux familles de bénéficier de branchements individuels, et éliminant ainsi les corvées d'eau.

 

Organisation locale partenaire

L'association marocaine Ansous

 

Les actions menées

2008- 2011 : réalisation du forage et des essais de pompage

2011-2013 : équipement du puits, mise en place des canalisations et des branchements

2014 : versement du financement de l’Agence de l’eau Rhône Méditeranée et Corse et fin du crédit bancaire

 

Impact du projet

Plus de 70 familles et 600 habitants sont bénéficiaires de ce projet qui améliore leurs conditions de vie de manière significative. On constate également que le nombre de jeunes couples qui s’installent dans le village et construisent leurs maisons sur des zones autrefois inconstructibles est en augmentation. Enfin, on constate également que l'association marocaine partenaire de ce projet a pu renforcer fortement ses capacités de gestion, de management, de planification, etc.

 

Coût du projet 

27 040 €

 

Les financeurs du projet

Arvel Voyage : 3.000 €

Communauté de Communes de Gevrey Chambertin : 7.000 €

Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée-Corse : 10.200 €

Fonds propres Arbalou et donateurs individuels : 5.340 €

Autres financements : 1500 €

 

A retenir 

Deux expertises ont été apportées, une première par la Communauté de communes de Gevrey Chambertin pour analyser et apporter un regard critique sur le projet, une seconde menée par Hydraulique Sans Frontières et Électricien Sans Frontières sur les difficultés techniques rencontrées avec l’administration locale.

 


 

Eau en sortie du forage

Eau en sortie du forage- Iskatafen

 (Crédit photo : Association Arbalou)

 


 

Entretien avec la présidente de l'association Arbalou, Francoise PIERSON

 


Bourgogne coopération : Qu'elles ont été vos motivations pour agir dans un projet de coopération dans le domaine de l'eau ? 

Françoise PIERSON : Notre association créée en 1995 a démarré suite aux demandes de la population de les aider principalement sur l’accès à l’eau. C’est ainsi que nous avons nommé notre association  « Arbalou » ("la grande source" en berbère) et que nous avons réalisé un premier projet sur l’eau d’irrigation terminé en 2000 et qui fonctionne très bien. Par la suite, l’association locale nous a sollicité pour leur projet d’eau potable qui a évolué suite aux années successives de sécheresse très grave. La source captée était insuffisante. Avec l’association locale, nous avons donc envisagé de sécuriser la ressource par un forage et son aménagement. Par prudence, nous avons mené ce projet en 2 étapes pour maîtriser progressivement  les aspects techniques et financiers

 

Bourgogne coopération : Que vous a apporté l'expertise de la Communauté de communes de Gevrey Chambertin ? 

Françoise PIERSON : Notre projet initial avait été mis au point dans les grandes lignes par AVSF (Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières) qui a terminé ses missions au Maroc en 2008. Après avoir fait faire plusieurs devis basés sur ce projet et relevé les différentes mesures de niveau, de distance, nous avons soumis pour expertise le projet technique à la Communautés de Communes de Gevrey Chambertin. Les questions ont été envoyées à l’association locale avec des communications téléphoniques en direct.  Cette expertise a permis de caler le projet qui a été envoyé par la suite à l’Agence de l’eau Rhône Méditeranée et Corse et aux autres financeurs, apportant ainsi une certaine garantie pour financer ce projet.

 

Bourgogne coopération : Que vous a apporté l'expertise d’Hydraulique Sans Frontière ? 

Françoise PIERSON : Hydraulique Sans Frontières par chance menait un projet identique pour le village voisin d’Iskatafen. Nous leur avons soumis le projet très technique de pompage, ce qui nous a conforté dans notre projet et chose importante, nous avons cherché ensemble et avec les associations locales une solution lorsque l’Office National de l’Electricité (ONE) a refusé d’effectuer les branchements électriques. Nous avons consulté en même temps Electriciens Sans frontières. Au final, nous avons dû opter l’un et l’autre pour des groupes électrogènes.

 

Bourgogne coopération : Quels freins avez-vous rencontré dans le cadre du projet ? 

Françoise PIERSON :  Les freins que nous avons rencontrés sont multiples :

Le montage technique avec la difficulté d’avoir des entreprises réactives pour fournir des devis clairs et explicatifs. Des contacts directs sur place ont été nécessaires et au final nous avons retenu les entreprises qui envoyaient le plus rapidement les devis et les factures par mail.

Les financements : pour chaque étape, il a fallu toucher de nombreux financeurs, établir de nombreux dossiers, avant de trouver les montages financiers possibles. On peut estimer à environ 80 % d’échecs dans nos demandes de financement.

La trésorerie : il nous a fallu emprunter à 2 reprises des prêts bancaires car l’Agence e l’Eau RM&C envoie la subvention après finalisation complète du projet et compte rendu. Ces prêts ont demandé de se porter caution à titre personnel.

Le plus grand frein est le refus de l’Office National de l'Electricité pour le branchement électrique, ce qui a augmenté le coût total de 2000 €, d’où la recherche de nouveaux financements, les retards dans les autres projets…

 

Bourgogne coopération : Que conseilleriez vous à celles et ceux qui souhaitent s'engager dans la solidarité internationale ?

Françoise PIERSON : Tout d'abord, il faut beaucoup de patience et de persévérance pour se lancer dans un tel projet, puisqu’il nous a fallu au total 6 ans pour faire ce projet avec de multiples missions sur place, rencontres des entreprises, de l’association, de l’administration… Il faut aussi s’assurer de la motivation de la population locale. Dès le départ, il est primordial de penser quels seront les partenaires techniques et financiers en ne négligeant aucune piste, en ne comptant pas son temps. Il est nécessaire de mettre beaucoup de sérieux sur les aspects techniques afin de donner confiance aux financeurs. Il faut penser  à rencontrer des associations qui ont monté de tels projets, afin de partager ses connaissances et apprendre des expériences précédentes.

 

Avril 2014 - Entretien réalisé par Valérian GATTI

 


 

Eau Arbalou compresser

(Crédit photo : Association Arbalou)

 

Pour en savoir plus


 

 http://www.arbalou.org/

 http://ansous.asso-web.com/

vignette ecsi

Agenda

 ◄◄ 
 ◄ 
 ►► 
 ► 
juillet 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Évènements à venir

Aucun évènement à venir pour cette catégorie